Tokyo 2020 : Les médailles des JO seront fabriquées à partir de déchets électroniques recyclés

. lecture : 2 minutes

Les déchets électroniques sont un réel fléau écologique mondial : 44,7 millions de tonnes de déchets électroniques ont été générés en 2016 dans le monde (soit une moyenne de 6,1 kg par an et par habitant), et seulement 20% ont été recyclés. Ce chiffre est en hausse constante.

crédit photo

le Japon est l'un des principaux producteurs de déchets électroniques avec 650 000 tonnes par an, ce qui représente 22% des réserves mondiales de métaux précieux.

Le pays ne disposant que de peu de ressources minières naturelles, il a ainsi décidé de fabriquer les futures médailles des JO à partir de l'or, de l'argent et du bronze provenant de déchets électroniques. Ce choix s'inscrit dans la suite logique de la loi de 2009 obligeant les japonnais à recycler leur matériel électronique, faisant du pays un précurseur en la matière.

COPYRIGHT 2017 THE ASSOCIATED PRESS. ALL RIGHTS RESERVED. (ILLUSTRATION)

Tokyo se veut ainsi être une "vitrine technologique et écologique" pour ces JO 2020.

Une vaste campagne a donc été lancée sur l'archipel il y a plusieurs mois, et les collectes ont été réalisées à travers tout le pays via les boutiques de l'opérateur numéro un japonais NTT DOCOMO, ainsi que dans pas moins de 1 594 municipalités (soit 90% des administrations territoriales du Japon) et 3 500 bureaux de poste.

Ce sont ainsi 5 millions d'appareils qui ont été récupérés (dont une grande majorité de smartphones), soit un peu moins de 50 000 tonnes de déchets électroniques, qui serviront à fabriquer les plus de 5 000 médailles nécessaires à récompenser les athlètes olympiques.

Le modèle de ces médailles restent à ce jour secret et ne sera pas dévoilé avant l'été prochain.